Accueil > Les avantages > Balade moto > Brive et la basse Corrèze à moto
Les avantages

Balade moto - Brive et la basse Corrèze à moto

/Retour à la liste des balades

Brive et la basse Corrèze à moto

Ce circuit tout en longueur se situe en limite sud de la région Limousin. Au-delà commence l'Aquitaine et la région Midi-Pyrénées. Très découpé dans sa majeure partie, c'est sur la D38 entre Collonges-la-Rouge et Argentat, au sud-est, qu'il est le plus roulant. A partir de Brive-la-Gaillarde, gagnez Ayen, puis Saint Robert par la très joie D5. Ceux qui le souhaitent pourront se rendre à la table d'orientation du Puy d'Yssandon alors que les autres contourneront le massif pour rejoindre Larches, en bordure de la Vézère. Passé la petite bourgade, la route devient plus agréable et longe le lac du Causse avant de passer à proximité du gouffre de la Fage. Vous êtes alors à une vingtaine de kilomètres des célèbres grottes de Lascaux (hors circuit) et le détour peut être tentant. A quelques kilomètres plus à l'est, Turenne et Collonge-la-Rouge méritent toutes deux un arrêt. Reprenez ensuite la route jusqu'à Beaulieu-sur-Dordogne puis suivez la rivière jusqu'à Argentat, Très réputée pour sa batellerie aux XVIIIe et XIXe siècles, la ville est à l'extrémité des gorges de la Dordogne. Après une dernière pause " préparatoire " à l'effort, prenez la direction de Brivela- Gaillarde. La route devient assez étroite et sinueuse sur plus de 50 km, avec de belles épingles à cheveux en milieu de parcours.

Brive la GaillardeBrive-la-Gaillarde

Brive-la-Gaillarde, la courageuse, la fortifiée, doit son nom et ses appellations à ses fortifications (disparues) et à la résistance dont elle fit preuve lors des sièges qu'elle subit, notamment lors de la guerre de Cent Ans. Elle est la capitale du Bassin de Brive et une des sous-préfectures de la Corrèze. Peuplée de 50 000 habitants, c'est la plus grande ville du département. Elle est traversée par la Corrèze, au nord de son centre historique. Ce dernier est bâti autour de la collégiale Saint-Martin. Brive n'a que peu de grands bâtiments historiques mais s'honore d'un centre-ville très agréable, au beau patrimoine bâti, dont plusieurs hôtels particuliers et bâtiments à tourelles. La ville abrite deux musées : le musée municipal d'Art et d'Histoire (musée Labenche) et le musée Edmond Michelet (Centre national d'étude de la Résistance et de la Déportation). Plusieurs marchés renommés dans la région se tiennent le mardi, le jeudi et le samedi matin (le vendredi à Tujac, à l'ouest du centre-ville).

LES GROTTES DE SAINT-ANTOINE DE PADOUE
41, avenue Edmond-Michelet Tel : 05 55 24 10 60
www.fratgsa.org
Ouvert toute l'année. Pique-nique possible sur place. Adulte : 3 €. Enfant : 2 €. Visite guidée (tous les jours sur rendez-vous). Boutique. Hébergement ? Restauration. Possibilité d'organiser réunions et conférences. A la suite de très nombreux miracles obtenus par son intercession, Antoine fut canonisé moins d'un an après sa mort. Situé sur une colline verdoyante au sud de la ville, ce lieu où il vécut en 1226 devint très vite un lieu de pèlerinage renommé. La visite du sanctuaire creusé à même le rocher est animée par un frère franciscain.

MUSEE LABENCHE D'ART ET D'HISTOIRE
26 bis, boulevard Jules-Ferry
Tel : 05 55 18 17 70
Fax : 05 55 18 17 71
www.brive.fr
Ouvert toute l'année. De 10h à 12h et de 13h30 à 18h. Jusqu'à 18h30 d'avril à octobre compris. Ouvert tous les jours sauf le mardi et 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et le 25 décembre. Adulte : 5 €. Réduit : 2,70 €. Entrée gratuite le premier dimanche de chaque mois. Salles climatisées. Guides multimédia interactifs gratuits (français et anglais) pour découvrir trois parcours de collections. Activités pédagogiques. Situé dans l'ancien hôtel noble Labenche, ce musée est le plus bel édifice d'architecture civile d'époque Renaissance de la région. A l'entrée, subsiste la base des remparts de Brive (XIVe siècle) qui furent démolis en 1765 ainsi qu'un très beau pavage. En 17 salles, il présente des collections diversifiées concernant principalement l'archéologie, l'histoire et les personnages célèbres du Pays de Brive, les beaux-arts, les arts et traditions populaires en Corrèze et l'histoire naturelle.

Noailles

GOUFFRE DE LA FAGE
La Fage
Tel : 05 55 85 80 35
Fax : 05 55 85 97 30
www.gouffre-de-la-fage.com
Fermé du 1er octobre au 31 mars. Ouvert pour les vacances de la Toussaint. Basse saison : ouvert du jeudi au mardi de 14h à 18h30. Haute saison : tous les jours et les jours fériés de 9h30 à 13h et de 14h à 19h. Gratuit jusqu'à 4 ans. Adulte : 7 €. Enfant (de 4 à 12 ans) : 4,50 €. Visite guidée (les après-midi pour les individuels. visites de groupes sur rendez-vous). Audioguide : anglais. Découvertes lors de la construction du chemin de fer en 1891, les grottes de la Fage sont un véritable musée vivant de la concrétion : colonnes de toutes formes et de toutes grosseurs, forêts de stalactites et de stalagmites, draperies excentriques, bassins naturels, ponts de calcite richement décorés, cascades pétrifiées et figurines imaginaires? Toute l'année, 3 000 chauves-souris de 10 espèces différentes résident ici (16 000 durant la période d'hibernation). Le grand nombre d'ossements fossiles, datant de 300 000 à 400 000 ans, trouvés dans la cavité au cours des fouilles a été rassemblé dans un musée paléontologique qui recèle ainsi de nombreuses espèces témoins des périodes froides comme la marmotte, l'ours, le rhinocéros laineux, etc.

Turenne

Turenne fut une vicomté glorieuse et puissante durant plusieurs dynasties. Jusqu'au XVIIIe siècle, lors du rachat du domaine par Louis XV en 1738, elle représentait un véritable " Etat dans l'Etat ". Sa forteresse, juchée sur un éperon rocheux visible de toutes les collines avoisinantes, conserve deux tours, la tour César et la tour du Trésor (ou de l'Horloge, ou du Donjon). Prenez le temps de flâner dans ce joyau médiéval aux ruelles abruptes, dont la collégiale Saint-Pantaléon (XVIe) et la chapelle des Capucins (XVIIe) sont les deux monuments religieux.

LE CHÂTEAU
Tel : 05 55 85 90 66
www.château-turenne.com
Basse saison : ouvert tous les jours et les jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 18h. Haute saison : tous les jours et les jours fériés de 10h à 19h. Ouvert le dimanche de 14h à 17h ou sur rendez-vous du 1er novembre au 31 mars. Gratuit jusqu'à 10 ans. Adulte : 4,50 €. Groupe : 3 €. Accueil enfants. Visite guidée. Restauration. Boutique. Le château, paré de ses deux tours, trône encore fièrement sur son rocher et sa motte castrale, où s'agglutinent de belles demeures occupées par de riches commerçants. On peut évaluer son ampleur en visitant la salle des gardes du XIVe, puis en profitant de la vue splendide sur la vallée après avoir gravi le petit escalier de pierre de la tour de César, ancien guet bâti au XIIe siècle et aux murs de 2,50 m d'épaisseur. La terrasse est équipée d'une table d'orientation.

EGLISE COLLEGIALE SAINT-PANTALEON
Ouvert toute l'année. Gratuit.
Sa construction ne fut décidée qu'en 1593, après la conversion au catholicisme d'Henri IV afin d'apaiser les esprits mais elle ne fut consacrée qu'en 1668. On pénètre dans l'église par un porche en plein cintre et un narthex surmonté du clocher. A l'intérieur, les voûtes d'arêtes des deux travées de la nef et des chapelles latérales associent le jaune et le blanc des pierres. La pièce maîtresse du mobilier est le retable en bois sculpté et doré, daté du dernier tiers du XVIIe siècle, qui surmonte un autel sarcophage. Six scènes de la passion du Christ entourent le tabernacle central où figure la crucifixion. Rare en Corrèze, il y a aussi un second tabernacle orné de l'Agneau immolé.

Collonges-la-Rouge

Toute de rouge vêtue, Collonges-la-Rouge est unique. Construite par des moines au XIIe siècle, elle fut fortifiée (deux portes sur les quatre subsistent) et devint une étape sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ses murs en grès rouge, ses toits de lauzes, ses treilles qui témoignent de son passé viticole, ses castels, hôtels nobles, ses maisons du XVIe, ses manoirs, sa halle en ont fait un des plus beaux villages de France.

EGLISE PRIORALE SAINT-PIERRE
Ouvert toute l'année. Gratuit.
Construite en grès rouge aux XIe et XIIe siècles, elle a été agrandie à la fin du Moyen Age par des chapelles latérales et fortifiées lors des guerres de Religion au XVIe siècle. Bel exemple de l'art roman, le clocher (XIIe siècle) à gâbles passe du plan carré au plan octogonal par une succession d'étages. La tour de guet qui lui est contigu?e témoigne des préoccupations de défense des lieux durant la guerre de Cent Ans. Le portail en calcaire blanc du Causse est orné d'un tympan finement sculpté (XIIe siècle).

Beaulieu-sur-Dordogne

Cité médiévale née en l'an 855, Beaulieu offre au visiteur son abbatiale Saint-Pierre, ses ruelles étroites et ses maisons à colombages. Sur les bords du cours d'eau, on peut également visiter la chapelle des Pénitents, qui accueille des expositions temporaires.

LA CHAPELLE DES PENITENTS
Rue de la Chapelle
La chapelle est ouverte de mi-juin à mi-septembre en fonction des expositions temporaires. Adulte : 2 €. La jolie chapelle des Pénitents, connue aussi sous le nom de Notre-Dame-du-Port-Haut, dotée d'un clocher-mur à cinq baies, s'élève sur les berges de la Dordogne. Dotée d'un chevet roman très pur, elle a été bâtie du XIIe siècle au XVe siècle, à l'entrée d'un vieux pont et près du port haut où faisaient halte les gabares. Eglise paroissiale de Beaulieu, elle fut vendue comme bien national. Achetée par un prêtre en 1803, elle devint le siège de la confrérie des Pénitents Bleus. Finalement abandonnée à la fin du XIXe siècle, elle a fait l'objet d'une réhabilitation et accueille désormais des expositions temporaires.

ArgentatArgentat

Argentat, chef-lieu de canton, vit toujours en grande intimité avec la Dordogne. La fortune de la cité a longtemps été liée à l'activité de son port, d'où les gabares (ou courpets), ces navires sommaires à fond plat, partaient chargées de cuir, d'huiles et de planches de bois destinées à la tonnellerie bordelaise et bergeracoise, les " merrains ". Par la rive droite, on accède aux quais. Enchâssée dans un des murs, la croix des gabariers fut le témoin de nombreuses messes célébrées pour protéger les marins avant chaque grand départ. Pavés à l'ancienne, ces quais sont ornés d'un grand cadran solaire à même le sol et offrent une vue magnifique sur les maisons de pêcheurs " pieds dans l'eau ". Une gabare, copie conforme des navires d'antan, est toujours amarré aux anneaux de fer du quai de Lestourgie. Une présentation gratuite de cette embarcation à lieu tous les mardis à 18h en juillet et août. Une balade, payante celle-ci, est également proposée d'avril à septembre. Le cours d'eau est aujourd'hui régulé par la succession des cinq ouvrages hydroélectriques que sont les barrages de Bort-les-Orgues, de Marège, de L'Aigle, du Chastang, et du Sablier, situé pour ce dernier juste en amont d'Argentat, au niveau du château du Gibanel.

LA MAISON DU PATRIMOINE
Avenue Gilbert-Dillange
Tel : 05 55 28 06 16 / 05 55 28 10 91
Fax : 05 55 28 81 26
www.argentat.fr
Donne sur la place Bad König. Fermé du 1er octobre au 31 mai. Haute saison : ouvert le mardi de 15h à 18h ; du mercredi au dimanche et les jours fériés de 10h à 12h et de 15h à 18h. Visites toute l'année sur rendez-vous pour les groupes. Gratuit jusqu'à 16 ans. Adulte : 2 €. CB non acceptée. Accueil enfants. Démonstration des techniques de navigation de la gabare l'été. Attenant au jardin public, la maison du patrimoine est un espace muséographique avec une exposition de mobilier archéologique qui présente l'histoire de la cité, des vestiges archéologiques, ainsi qu'une présentation des techniques de construction d'une gabare (ou courpet), agrémentée d'un film documentaire sur la batellerie locale.

LA VIEILLE VILLE
Maison du patrimoine
Avenue Gilbert -Dillange
Tel : 05 55 28 06 16
Fax : 05 55 28 81 26
www.argentat.fr
Muni d'un plan du circuit patrimoine vous découvrirez en deux heures les 23 lieux historiques qu'offre Argentat. Tour à tour vous visiterez, le couvent des Récollets (XVIIe), le couvent des Clarisses (XVIIe), l'hôtel de Turenne, la rue Porte Basse et les petites ruelles aux maisons à colombages, le ponton en pierre de l'ancien bac, le quai maçonné Lestourgie où vous pourrez voir une gabare (ou courpet), un petit bateau à fond plat utilisé autrefois par les gabariers. Ne manquez pas le pont de la République d'où la vue sur la Dordogne est superbe.