Accueil > Les avantages > Balade moto > Le Châtillonnais en Bourgogne à moto
Les avantages

Balade moto - Le Châtillonnais en Bourgogne à moto

/Retour à la liste des balades

Le Châtillonnais en Bourgogne à moto

Un parcours dessiné entre Chaumont, Dijon et Auxerre, qui fait la part belle aux massifs forestiers et à de superbes petites routes (Châtillon-sur-Seine possède la plus grande forêt domaniale de Bourgogne, soit près de 9 000 ha). Si la partie la plus vallonnées se situe à l'est, entre Recey-sur-Ource et Grancey-le-Château-Neuvelle, vous prendrez également beaucoup de plaisir à suivre l'Aube et l'Auvette, de Montigny-sur-Aube à Gurgy-la-Ville, comme la Seine, de Quetigny-sur-Seine au retour sur le plateau de Chatillon-sur-Seine. Plusieurs villes ou bourgs méritent un arrêt pour le patrimoine historique qu'ils recèlent. C'est le cas de Montigny-sur-Aube et de son château du XVIe siècle, joyau de la Renaissance, d'Auberive et de son abbaye cistercienne, fondée en 1135 et devenue en 2004 un centre d'art contemporain, et de l'abbaye de Fontenay, sur la commune de Marmagne, proche de Montbard, l'un des plus anciens monastères cisterciens d'Europe, fondée en 1118. Attention en traversant les parcours boisés : la grande faune, (cerfs, chevreuils, sangliers) trouve dans le Châtillonnais un lieu de vie à sa mesure, du fait de la grande taille et de la continuité des massifs forestiers, et de la faible densité humaine.

Châtillon-sur-Seine

Située au confluent d'une large vallée, Châtillon est traversée du nord au sud par la Seine. Avec près de 6 000 habitant, elle est la principale ville de Haute Côte-d'Or et la capitale du Châtillonnais. Si le centre-ville, rebâti à la hâte après la Seconde Guerre mondiale, offre des bâtiments un peu ternes, les quartiers historiques de Saint-Nicolas et de Saint-Vorles présentent davantage d'intérêt. Les lieux à voir lors d'une courte visite sont : la source de la Douix (une résurgence de rivière souterraine au centre-ville), l'église Saint-Vorles (Xe et XIIe siècles) et les ruines du château des ducs de Bourgogne (XIIe siècle). Avec un peu de temps devant vous, allez visiter le nouveau et très intéressant musée du Pays châtillonnais, inauguré en juillet 2009.

 EGLISE SAINT-VORLESEGLISE SAINT-VORLES
Rue Saint-Vorles
Tel: 03 80 91 13 19
Fermé du 1er octobre au 15 avril. Haute saison : ouvert tous les jours de 10h30 à 12h et de 14h30 à 17h30. Du 16 avril au 19 juin et du 1er au 30 septembre, samedi, dimanche et jours fériés de 14h30 à 16h30. Visite guidée (durée une heure sur rendez-vous. Réservation à l'office de tourisme au 03 80 91 13 19).
Attribuée à Brun de Roucy, évêque de Langres, cette église de style préroman remonte à l'an mil. Elle honore saint Vorles, dont les reliques furent transférées de Marcenay à Châtillon en 868. Elle a l'intérêt de cumuler un plan carolingien à porche massif et des décors du premier art roman méditerranéen. La nef de quatre travées est couverte d'un haut berceau en plein cintre. Du choeur primitif, seule subsiste une travée droite prolongée par l'abside semi-circulaire. Les absidioles qui flanquaient ce chevet ont été remplacées par des bâtisses modernes. C'est dans cette église que s'accomplit le miracle de la lactation. Bernard de Clairvaux, entré à l'école des moines, aurait reçu trois gouttes de lait du sein de la statue de la Vierge devant laquelle il priait.

MUSÉE DU PAYS CHÂTILLONNAIS ? TRÉSOR DE VIX
14, rue de la Libération
Tel: 03 80 91 24 67
Fax : 03 80 91 51 76
www.musee-vix.fr
Ouvert toute l'année. Basse saison : du mercredi au lundi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Haute saison : de 10h à 19h. Gratuit jusqu'à 7 ans. Adulte : 7 €. Enfant (de 7 à 18 ans) : 3,50 €. Groupe (10 personnes) : 3,50 €. Visite guidée. Boutique.
Dans le cadre de l'abbaye Notre-Dame, fondée à l'initiative de Saint Bernard et entièrement restaurée, venez découvrir le Châtillonnais et son histoire, et vous plonger en particulier dans celle de la princesse de Vix. Sa tombe, découverte en 1953 au pied du mont Lassois est l'une des plus importantes sépultures princières de la fin du premier âge de fer. Pour son dernier voyage, la Dame de Vix était accompagnée, entre autres, d'un service à boire unique dont un cratère en bronze " le vase de Vix ", d'une contenance de 1 100 litres. Le musée propose également des expositions temporaires permettant de suivre l'actualité archéologique.

SOURCE DE LA DOUIX
Rue de la Douix
Ouvert toute l'année.
La Douix est la résurgence d'un cours d'eau souterrain qui se jette dans la Seine à Châtillon. Impossible à explorer dans sa totalité, on pense que la rivière souterraine pourrait communiquer avec un immense réseau. La source, qui était considérée comme un sanctuaire aquatique pour des offrandes et des actes de dévotion, a déjà livré quelques beaux trésors archéologiques, comme des statuettes, des poteries et des bijoux remontant à plus de 700 ans avant J.-C.

Auberive

ABBAYE CISTERCIENNE D'AUBERIVE
Place de l'Abbaye Tel: 03 25 84 20 20
www.abbaye-auberive.com
. Ouvert le mardi de 14h à 18h. Haute saison : du mercredi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30. Mai et octobre : dimanche et jours fériés de 14h30 à 18h30. Gratuit jusqu'à 12 ans. Adulte : 8 € (haute saison). Enfant (de 13 à 18 ans) : 4,50 €. Visite guidée (pour les groupes (10p) sur rendez-vous). Expositions et concerts. Créée par 12 moines venant de Clairvaux en 1135, l'abbaye d'Auberive est vendue à la Révolution à Caroillon de Vandeul, gendre de Diderot, qui y installe une filature de coton de 1797 à 1807. Puis, les Vandeul transforment l'abbaye en résidence et font venir de l'abbaye de Beaulieu la grille de l'entrée d'honneur, dite " de Jean Lamour ". L'ensuite sera ensuite vendue à une maître de forges. En 1856, l'état fait l'acquisition de l'abbaye et y fait venir des femmes de la prison de Clairvaux, engorgée. Louise Michel y sera détenue 20 mois avant sa déportation en Nouvelle Calédonie. A partir de 1885, l'abbaye passera à nouveau par plusieurs propriétaires successifs. Elle accueille, depuis 2004, un centre culturel aux expositions d'art contemporain reconnues.

Montbard

Montbard, petite cité de 5 500 habitants au passé riche et tourmenté, est principalement connue pour être la patrie du grand naturaliste Buffon (1707-1788) et de son assistant Daubenton, qui sera lui aussi un grand scientifique. Traversée par le canal de Bourgogne et par la Brenne, Montbard offre un cadre accueillant dans une région qui a trouvé son développement économique dans la fonderie (dès 1895), puis la métallurgie. Aujourd'hui, le bassin métallurgique dans lequel est implantée Montbard, dénommé Métal Valley, comptabilise près de 2 000 emplois. Le parc Buffon, qui regroupe plusieurs bâtiments et lieux de visite, est le principal point d'intérêt de la ville.

L'HOTEL BUFFON
Place Buffon
Ouvert pour les journées du patrimoine. Hôtel particulier style Louis XV, ce bâtiment en plein centre-ville a été construit en 1741 par Buffon sur les vestiges de sa maison natale. Ancienne école, puis successivement occupé par différentes administrations. La partie extérieure et la façade ont été refaites. Cette demeure est destinée à devenir le futur musée Buffon, dont certains projets muséographiques ont déjà été imaginés.

Buffon, enfant du pays
Georges-Louis-Marie Leclerc, comte de Buffon, voit le jour à Montbard le 7 septembre 1707. Il poursuit des études de droit à Dijon, puis de médecine et de botanique à Angers. Il sera plus tard élu à l'Académie des Sciences (section mécanique, puis sylviculture). Louis XV le nomme, le 1er août 1739, intendant du Jardin des Plantes à Paris. Buffon l'administrera pendant près de 50 ans. Toutefois, très attaché à sa terre de Montbard, il ne passe que quatre mois à Paris et le reste de l'année dans sa ville natale, où il a fait aménager les ruines du château des ducs de Bourgogne. En 1749, parait le premier volume de L'Histoire naturelle (qui en comptera au final 36). L'activité scientifique de Buffon touche tous les domaines, il se passionne, entre autres, pour les expériences sur les miroirs ardents et sur les débuts de l'électricité. Le 25 août 1753, Il est reçu à l'Académie française. En 1769, Buffon fait construire puis dirige des forges au village de Buffon, près de Montbard, où il mènera de nombreuses expériences. Celles-ci le serviront pour assoir sa théorie sur l'âge de la Terre. Puis, en 1772, Buffon est élevé au titre de comte, par le roi, en reconnaissance de ses grands services. Souffrant depuis longtemps de la maladie de la pierre, il meurt le 16 avril 1788 à Paris. Le cortège de ses funérailles sera suivi par plus de 20 000 personnes. Il sera inhumé à Montbard dans l'église Saint-Urse.

Le parc Buffon
Le parc Buffon a été conçu par le naturaliste au XVIIIe siècle, sur les vestiges du château des Ducs de Bourgogne dont il a conservé les remparts ainsi que deux tours : de l'Aubespin et Saint-Louis. On peut y visiter le cabinet de travail du grand maître (dans la tour Saint-Louis), le musée de l'Orangerie, dédié à Buffon et à Daubenton et l'église Sainte-Urse. Une crypte attenante à l'église accueille les restes du comte de Buffon, de sa femme et de sa première fille. Elle ne peut être visitée.

Marmagne

ABBAYE DE FONTENAY
Fontenay Tel: 03 80 92 15 00
Fax : 03 80 92 16 88
www.abbayedefontenay.com
à 12h et de 14h à 17h. Haute saison : tous les jours de 10h à 18h. Haute saison du 30 mars au 11 novembre. Pas de visite guidée en basse saison. Messe annuelle dans l'église de l'abbatiale fin septembre. Adulte : 9,70 € (12 € si visite guidée). Enfant (jusqu'à 26 ans) : 6,50 € (7.50 € si visite guidée). Groupe (15 personnes) : 8,50 € (5.50 € moins de 26 ans en visite libre. 90 € le guide sur réservation). Tarif famille nombreuse = Tarif groupe avec 10.50 € adultes et 6.50 € si visite guidée. Visite guidée. Boutique. Expositions.
La première pierre de cette abbaye fut posée en 1118 par les moines de Cîteaux, en plein terrain marécageux. Elle prospérera jusqu'au XVIe siècle, avant d'être vendue à la Révolution pour finalement être transformée en papeterie de 1791 à 1820. Il faudra attendre 1862 pour qu'elle soit classée au titre des Monuments historiques et le début du XXe siècle pour qu'elle soit rénovée. L'abbaye a fêté en 2011 les 30 ans de son inscription au Patrimoine mondial de l'Unesco. Les bâtiments ouverts à la visite comprennent l'église abbatiale, le cloître et la salle capitulaire.

l'abbaye de Fontenay

Villaines-en-Duesmois


VESTIGES DU CHÂTEAU DUCAL
Rue du Vieux-Château
Tel: 03 80 89 07 57
Tel: 03 80 89 05 15
Ouvert toute l'année. Haute saison : le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h. Gratuit. Visite guidée (sur rendez-vous). Les vestiges de ce château daté du XIe siècle sont en réhabilitation depuis de nombreuses années. Seules les quatre tours subsistent. Le fossé à fond plat qui en faisait le tour a été complètement dégagé lors d'un nettoyage réalisé en 2009. Parmi les propriétaires qui vécurent où séjournèrent ici, on retiendra Hugues IV, Louis XI, Philippe le Hardi et Marguerite des Flandres.