Accueil > Les avantages > Balade moto > Virée de Pau à la frontière espagnole à moto
Les avantages

Balade moto - Virée de Pau à la frontière espagnole à moto

/Retour à la liste des balades

Virée de Pau à la frontière espagnole à moto

Pour deux tiers en plaine et un tiers en montagne, ce circuit au départ de Pau commence par suivre les petites routes vallonnées au nord de la ville avant de vous mener à Orthez, située à une quarantaine de kilomètres à vol d'oiseau. Après avoir traversé la gave de Pau, la route reste agréable, mais relativement plate jusqu'à Tardets-Sorholus. Dès l'embranchement avec la D26, à la sortie du bourg, les montagnes se resserrent progressivement autours du bitume. Après Laugibar, la route s'élève rapidement en direction du col d'Erroymendi (1 362 m), prenant une tournure toute montagnarde. A quelques kilomètres de ce premier col, un deuxième, le Puerte de Larrau (1 573 m), marque la frontière avec l'Espagne. Arrivé au petit village d'Isaba, tournez à gauche sur la NA1370, afin de rejoindre, via une très belle série de lacets, le Portillo de Eraice (1 578 m). Suivez ensuite la ligne de crête jusqu'au col de la Pierre- Saint-Martin (1 760 m). Vous êtes alors de retour en France. A proximité, se trouve le gouffre de la Pierre- Saint-Martin, longtemps réservé aux spéléologues chevronnés. Depuis 2010, une salle visitable par tous, la salle de la Verna (245 m de diamètres et 194 m de haut) a été rendu accessible à tous et peut faire l'objet d'une visite (1h est le minimum à consacrer). L'accès se fait en navette à partir du village de Sainte-Engrâce, également connue pour les gorges de Kakuetta. Sitôt passés la petite station de ski de lLa Pierre-Saint-Martin et le col de Soudet (1 540 m), la descente vers Arette est un vrai régal, avec d'innombrables virages et d'incomparables points de vue. A partir d'Arudy, la D934, puis la N134, vous ramènent vers Pau.

Pau
Ville natale d'Henri IV, Pau obtient son titre de capitale au XIXe Pausiècle, et s'ouvre au monde des échanges sous Napoléon. L'influence anglaise est visible, comme en témoignent les somptueuses villas, l'hippodrome, le cercle anglais, le Pau Hunt, le premier golf du continent, laissés en héritage. Deuxième ville d'Aquitaine, avec ses quatre-vingt-dix mille âmes, Pau préserve son royal passé et permet d'agréables balades. A voir, entre autres : le château de Pau (qui abrite le Musée national), le boulevard des Pyrénées, le Haras national de Pau-Gelos, ainsi que le musée Bernadotte (maréchal d'Empire, devenu roi de Suède et de Norvège).

CHÂTEAU DE PAU
Rue du Château
Tel : 05 59 82 38 00
www.musee-chateau-pau.fr
Basse saison : ouvert tous les jours de 9h30 à 11h45 et de 14h à 17h. Haute saison : tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h45. Adulte : 6 €. Groupe (35 personnes) : 5 €. Tarif réduit : 4,50 €. Visite guidée. Boutique. Animation. Du château féodal construit sur une première fortification en bois avant le XIe siècle sur cet éperon rocheux, la bâtisse prit des allures de forteresse sous Gaston Fébus, devenant une citadelle imprenable pour être ensuite maintes fois remaniée jusqu'à la fin du XIXe siècle : vent de renouveau, celui de la Renaissance, sous Henri d'Albret et Marguerite d'Angoulême, arrivée de somptueux jardins à l'époque d'Henri IV, restauration totale de l'ensemble sous Louis Philippe et enfin poursuite de travaux d'envergure sous Napoléon III. Depuis plusieurs années, le château de Pau a fait l'objet d'attentions particulières, une " restauration tout en nuances ", de fait de très importants travaux sur les façades, les terrasses, l'escalier d'honneur, etc.

MUSEE BERNADOTTE
Rue Tran
Tel : 05 59 27 48 42
http : //musee.ville-pau.fr
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h. Adulte : 3 €. Enfant : 1,50 €. C'est la vie de Jean-Baptiste-Jules Bernadotte (1763- 1844), illustre enfant de Pau, maréchal d'Empire et fondateur de la dynastie de Suède (il fut couronné, roi du royaume de Suède et de Norvège, en 1818), qui est retracée dans sa maison natale, datant du XVIIIe siècle. Quelques pièces ont gardé leur caractère ancien avec des meubles d'époque.

HARAS NATIONAL DE GELOS
1, avenue Général-Leclerc
GÉLOS Tel : 05 59 06 98 30
www.haras-nationaux.fr
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h30. Visite guidée (à 14h de novembre à avril et à 14h et 16h en mai, juin, septembre et octobre, enfin à 10h, 14h et 16h en juillet et août). Dans un parc arboré de 13 hectares facilitant l'accueil des juments durant la saison de monte, le Haras de Gélos abrite une centaine d'étalons de trait, de sang et de sport, de douze races différentes, parmi lesquelles les deux races emblématiques de la Région Aquitaine, les poneys landais et les pottok. Vous découvrirez le rôle des Haras nationaux et du site palois, mais aussi les collections de voitures hippomobiles du XIXe siècle de la ville de Pau et du haras, vous visiterez la forge, le château du XVIIIe siècle, les six écuries d'une capacité de cent box...

Orthez
Etape des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, capitale du Béarn durant deux siècles, fief protestant au temps de Jeanne d'Albret, Orthez attire principalement la foule lors de sa feria de juillet.

CHATEAU MONCADE
Rue Moncade Tel : 05 59 69 36 24
animations.orthez@wanadoo.fr
Fermé de novembre à avril. Haute saison : ouvert le mardi et le samedi de 16h à 18h. Visite guidée. Situé au nord et dominant la ville, ce donjon pentagonal de 33 mètres de haut est le seul vestige important du grand château construit en 1242 par Gaston VII, jadis protégé par trois lignes de fortification et de douves de pierres en forme de V. Au XIVe siècle, le flamboyant Gaston III, dit Fébus, y résida et en fit même le siège de sa cour fastueuse. Le château fut incendié lors des guerres de Religion en 1569 pour être vendu à la Révolution à des démolisseurs. Seul le donjon fut restauré en 1845.

LE PONT VIEUXorthez
On ne peut qu'admier l'architecture de ce pont construit au XIIIe siècle et qui résiste depuis plus de 800 ans aux plus puissants assauts du gave. Récemment ont été associés rénovation et embellissement, avec notamment l'aménagement d'un simili pont-levis séparant l'ouvrage et la rue du Pont Vieux, des pierres ayant été retirées et un tablier de bois installé.

L'Hôpital-Saint-Blaise
L'EGLISE DE L'HOPITAL-SAINT-BLAISE
Tel : 05 59 66 07 21
www.hopital-saint-blaise.fr
De juin à septembre, les mardis, jeudis et vendredis à 18h30, un spectacle son et lumière rythmé de chants basques et d'images animées projetées sur les parois de l'édifice. Classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, l'église du XIIe siècle, de conception romane par sa forme trapue, ses murs épais et ses petites ouvertures, possède des éléments d'architecture hispano-mauresque qui lui confèrent toute son originalité. Ce monument dépouillé, aux dimensions modestes, présente un plan centré axé sur la coupole. C'est un édifice espagnol en terre française, seul vestige d'une fondation hospitalière médiévale accueillant les pèlerins de Saint-Jacques, la plus exceptionnelle trace d'architecture hospitalière aussi, sur les routes de pèlerinage, sur le versant nord des Pyrénées ! D'une grande simplicité, bâtie dans le schiste local aux tons fauves, avec des éléments de grès jaune ou ocré pour la sculpture ancienne ou la mouluration, elle possède une coupole octogonale qui couvre la croisée du transept de sa stellaire géométrie, ses huit pans étant soutenus par des arcs entrecroisés formant une étoile à huit branches? Un bel exemple de l'architecture musulmane de Cordoue ou de Tolède, tout comme ses fenêtres à grilles de pierre ou claustras, percées dans les murs épais de l'édifice. Autre élément remarquable : les corniches en chêne de son chevet, sculptées de billettes et de motifs hispano-mudejars, datent du XIIe siècle (exemple unique !). Originale, cette église l'est à plus d'un titre et, pour faciliter sa découverte, une visite audio-guidée est disponible en six langues (ouverte toute l'année).

Mauléon-Licharre
Capitale souletine, l'histoire de Mauléon se confond en grande partie avec celle de la Soule. De son passé, il lui reste le château fort, l'hôtel de Maytie d'Andurain, du XVIIe siècle, l'hôtel de Montréal, actuel hôtel de ville, du XVIIIe siècle, vestiges d'une époque riche avec un marché prospère au Moyen Age, et d'une activité économique intense au XIXe siècle liée à la fabrication d'espadrilles.

CHATEAU D'ANDURAIN
Place du Fronton Tel : 05 59 28 04 18
Fermé du 1er juillet au 20 septembre. Ouvert de 11h à 12h et de 15h à 18h. Ouverture toute l'année sur réservation pour les groupes. Gratuit jusqu'à 5 ans. Adulte : 5 €. Enfant (de 5 à 15 ans) : 2,40 €. Groupe (20 personnes) : 3,50 €. Visite guidée (du 1er juillet au 15 septembre, tous les jours à 11h, 15h, 16h15 et 17h30, sauf les jeudis, le dimanche matin, les jours fériés). Propriété privée toujours occupée par la même descendance, le château Renaissance d'Andurain remonte au XVIIe siècle : fenêtres à meneaux et à frontons, rare charpente classée à l'intérieur, en triple carène de navire renversée, mobilier d'origine, fauteuils, commodes, tables et guéridons du XVIIe et XVIIIe siècle. La famille de Maytie qui l'a édifié, en donnant trois évêques à l'Eglise, participa au rétablissement de la paix religieuse dans le diocèse.

CHATEAU FORT DE MAULÉON-LICHARRE
Fermé du 16 septembre à avril. Ouvert le week-end. Haute saison : tous les jours de 11h à 13h30 et de 15h à 19h. Gratuit jusqu'à 7 ans. Adulte : 2,50 €. Ce château médiéval date du XIe siècle, modifié au XIVe et au XVe : pont-levis, prison souterraine voûtée, puits? Dans l'enceinte, on retrace son histoire et les péripéties dues à sa situation stratégique, déchiré qu'il fut entre les familles de Gramont et Luxe. Il abrite une exposition d'art contemporain.

La Pierre-Saint-Martin
Site karstique unique en son genre, haut lieu de la spéléologie, la Pierre-Saint-Martin est aussi exceptionnelle pour ses paysages. En hiver, le site abrite une station de ski alpin familiale, avec vingt pistes balisées. Culminant à une hauteur de 1 760 mètres, le col de la Pierre-Saint-Martin offre une magnifique vue sur le territoire espagnol et le relief des " arres ", champs de lapiaz crevassés et ciselés par le ruissellement des eaux, qui s'étendent au pied du pic d'Anie (2 504 m). Le gouffre de la Pierre-Saint-Martin et la salle de la Verna. Exploré dès la fin du XIXe siècle, le massif du mont Saint-Martin devient célèbre avec la découverte en 1950, par Georges Lépineux, du puits qui constituera le premier accès au gouffre de la Pierre-Saint- Martin. En 1951, cette verticale de 320 mètres, la plus grande du monde à l'époque, est descendue par Georges Lépineux, Marcel Loubens et Haroun Tazieff, au cours d'une expédition menée par le physicien Max Cosyns. En 1952, une nouvelle expédition à laquelle participe toujours Haroun Tazieff tourne au drame : Marcel Loubens fait une chute et décède au fond de l'abîme. Le corps est enterré sur place, et ne sera ramené à la surface que deux ans plus tard. Une plaque située au fond du gouffre commémore le drame. Puis, en 1953, la salle de la Verna est découverte par des spéléologues lyonnais. C'est EDF, puis la SHEM, une filiale du groupe Suez, qui perceront le tunnel permettant d'atteindre cette salle, non pas à partir de Saint-Martin, mais de Sainte-Engrâce. Les travaux commenceront 1953 et se termineront en 2006.

LA SALLE SOUTERRAINE DE LA VERNA
Tel : 05 59 88 95 38 / 05 59 28 51 28
www.laverna.fr
Ouvert toute l'année. Tarifs variables suivant le temps de visite. Exemple pour 1h : Adulte 8,50 € enfant (5-14ans) 5,50 €. Réservation auprès des offices de tourismes locaux. Le gouffre de la Pierre-Saint-Martin est connu depuis le XIXe siècle, mais n'a été exploré qu'en 1951. Ce n'est qu'en 1953 que la salle de la Verna est découverte. Avec ses 240 mètres de diamètre et ses 194 mètres de hauteur, il s'agit de la plus grande salle souterraine d'Europe : elle pourrait contenir six fois la cathédrale Notre-Dame de Paris. Depuis le 1er juillet 2010, cette salle est ouverte au public. Aménagé pour accueillir tous les publics, le parcours de visite est sans obstacle et est ouvert tous. L'accès peut se faire à pied (plusieurs heures de marche) ou en navette, à partir du village de Sainte-Engrâce. Réservation obligatoire pour la visite.

Sainte-Engrâce
Deux sites majeurs peuvent être découverts à partir de Sainte-Engrâce : les gorges de Kakuetta et l'immense salle souterraine Verda. Pour chacun des deux, prévoir au minimum une demi-journée pour tenir compte des temps de déplacement.

LES GORGES DE KAKUETTA
Fermé de décembre au 15 mars. Ouvert tous les jours à partir de 8h. Adulte : 4,50 €. Enfant : 3,50 €. Groupe : 3,50 €. Ces gorges sont un des sites les plus prestigieux d'Europe. Explorées la première fois en 1906 par Edouard-Alfred Martel, spécialiste des expéditions scientifiques, elles sont aujourd'hui protégées. Avec une longueur de 2 000 m, une profondeur entre 30 m et 350 m et un passage particulièrement étroit (5 m) appelé Grand Etroit, elles donnent toute la mesure de la petitesse de l'homme. Un parcours aménagé avec passerelles, escaliers, sentiers à balcons? permet de découvrir la grande cascade, qui chute d'une vingtaine de mètres. Comptez 2h aller-retour de randonnée.