prevention

L'interview des JNMM 2020

Depuis 2014, les Journées Nationales de la Moto et des Motards réunissent les motards autour de leur passion pour les sensibiliser à la sécurité routière, au travers d’animations ludiques et pédagogiques. Un événement unique dans son secteur qui est devenu un incontournable de l’univers du deux-roues.

Nous accueillons aujourd’hui, le lieutenant-colonel Philippe BARTOLO, fraîchement nommé à la direction du Centre de formation des motocyclistes de la gendarmerie de Fontainebleau en Seine-et-Marne, lieu qui accueillera la 7e édition des JNMM en juin prochain.

• Bonjour colonel, merci d’avoir accepté cette interview. Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

J’ai débuté en gendarmerie en 1986, dans le cadre de mon service national. A cette occasion, à Fontainebleau, j’ai pu passer mon permis moto militaire. Je suis revenu dans cette même école quelques années plus tard faire ma formation en tant que commandant du peloton d’acrobatie de l’escadron motocycliste de la garde républicaine. J’ai également commandé l’escadron départemental de sécurité routière du Jura (39) et, en 2003, j’ai été affecté comme officier instructeur au centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR) à Fontainebleau, un retour aux sources. Depuis le 1er août 2019, je suis à la tête de ce centre.

• En tant que nouveau directeur du CNFSR, comment vous situez-vous par rapport à l’organisation des prochaines JNMM ?

L’événement des JNMM fédère beaucoup de monde, avec près de 7500 visiteurs pour la dernière édition. En temps qu’organisateurs, nos motivations personnelles et professionnelles restent inchangées : plus de sécurité sur la route, notamment pour les motocyclistes.

• Quelles sont les nouveautés et enjeux de cette édition 2020 ?

Les prochaines JNMM vont connaître des évolutions en lien avec la réforme du permis de conduire moto (au 1er janvier 2020) et l’introduction de la trajectoire de sécurité, inspirée de la pratique des forces de l’ordre, mais également avec la mise en œuvre d’un groupe de réflexion sur la visibilité du motocycliste et de la motocyclette. Dans ce cadre, je participe à l’organisation partenariale de ces journées avec pour enjeu de prévenir l’insécurité routière en diffusant tout au long de ce week-end d’échanges un discours raisonné visant les bonnes pratiques tant en matière de pilotage que d’équipement.

• Quels seront les temps forts de cette édition en matière d’intervenants et de programme ?

Le programme n’est pas totalement arrêté, mais les temps forts seront sans aucun doute l’atelier « trajectoire de sécurité » dirigé par les instructeurs du centre national de formation à la sécurité routière de la gendarmerie nationale, au regard de la réforme du permis de conduire et de la demande des participants, mais également, la complémentarité avec le groupe ECF qui pour cette édition mettra en œuvre un atelier freinage (démonstrations). Le planning étant en cours de finalisation, d’autres temps forts inédits sont à prévoir pour cette 7e édition des JNMM.

A lire aussi